La routine (Switch) permet d’élever son niveau de concentration à un moment donné d’un match ou d’une épreuve.
Elle est apprise et comprend des stratégies comportementales et cognitives utilisées intentionnellement par le sportif (ve) pour faciliter la régularité de sa performance (Cohn, 1990). Elle doit être personnalisée et précise.

Carton jaune_-_Lausanne_Sport_vs._FC_Thun_-_22.10
Par exemple :

– Retrouver sa concentration après un incident (erreur d’arbitrage, énervement, douleur consécutive à un coup, etc.)

– Renforcer sa concentration à différents moments du match :

  • Début de match
  • Reprise après un arrêt, après un but concédé ou marqué, mi-temps …
  • Après des faits décisifs : Expulsion, points importants…
  • En fin de match (« money time »)…

La routine (Switch) peut être réalisée dans de nombreuses situations de match.
Entre deux points ou durant un arrêt de combat (sports d’opposition), avant un moment particulier (tir de pénalité, coup franc, etc.), un départ (athlétisme, natation, cyclisme, canoë, enchainement de gymnastique, programme de patinage par exemple)
Elle comprend plusieurs phases dont l’importance varie selon les sports et les situations. Toutes ces phases sont personnalisées et intimes.
Pour les sports avec enchainement de phases tactiques, par exemple, il est nécessaire de voir l’exercice comme l’enchainement de différents « focus » attentionnels et bien avoir prévu comment passer de l’un à l’autre, pour éviter d’être en avance ou en décalage entre son monde intérieur et la situation sportive que l’on vit.

L’important est d’être strictement « dans le présent » au moment de l’action et non dans le passé ou dans le futur, même très proche.
Jouer sous pression et savoir l’utiliser à bon escient est la qualité et la particularité des grands joueurs de football ou des internationaux titrés. Particulièrement lorsque vous commencez à jouer au très haut niveau.

D’une part, garder sa lucidité et son discernement sous pression et en plein effort et d’autre part se transcender grâce à l’enjeu et donc développer la capacité de rivaliser sous pression deviendra un atout important pour la performance.

Morgan_Parra_Penalty_02

Sous la pression, l’intensité et les rythmes d’activation physiologique augmentent, ce qui provoque une sollicitation cardiaque, des respirations adaptées et d’autres signes physiques, tous en nettes augmentations. Savoir utiliser à bon escient ses capacités respiratoires peut être très positif, car ça vous aide à mieux oxygéner votre organisme et donc à mieux vous régénérer et à conserver votre lucidité, ça vous aide également à vous concentrer en temps de crise. L’inverse peut amener à prendre de mauvaises décisions sous contrainte, ou manquer, par exemple, les occasions de but.

 

Crédits photos :