En tant qu’athlète, améliorer sa concentration pour prendre l’avantage sur ses concurrents est parfois plus efficace que de rallonger ses séances d’entrainement.

Deux types de concentration sont à considérer :

la concentration par défaut

Cette concentration mentale est suscitée par l’intérêt de la peur d’échouer. Elle se matérialise par un état d’anxiété qui demande beaucoup d’énergie et ne procure qu’une courte efficacité.
Exemple : le sportif doutant de sa motricité, l’enjeu prenant le pas sur le jeu

La concentration par intérêt

Elle est motivée par la passion, le besoin ou le plaisir. Cette concentration nourrit et renforce l’individu. Elle favorise l’éclosion du joueur et révèle le compétiteur.

La concentration par intérêt : (globale)

Cette concentration nourrit et renforce l’individu.

Caractéristiques :

  • Disponibilité d’esprit à accueillir le plus possible d’informations
  • Éducation du cerveau
  • Évacuation des pensées et des jugements négatifs par l’indifférence
  • Gestion de l’imprévu
  • Sérénité
  • Champs visuel large
  • Apprentissage délicat et confrontant

Exemple :
Alterner les jeux en profondeur, en largeur, en fonction de l’opposition. (Prise d’informations et adaptation…)

UB Women's Soccer_by-CHAD-COOPER

La concentration par intérêt : (focal)

Cette concentration favorise l’éclosion du joueur et révèle le compétiteur.

  • Focalisation des attentions pour un but précis
  • Recherche d’efficacité
  • Sélection des informations

Exemple :
Pressing sur le porteur du ballon, Appel dans le couloir, explosivité & se donner à fond…

Techniques de concentration

Permettre au sportif d’utiliser la sieste au quotidien en employant des techniques appropriées :

relaxation-profonde

Relaxation profonde

Une des techniques couramment utilisées est la relaxation profonde
Principe :
Explorer les limites de relaxation du corps par des techniques appropriées autres que le sommeil.
Cette technique ne peut pas se faire en situation et ses effets sont immédiats et différés
Buts :

  • Améliorer la rentabilité de repos du corps : récupération !
  • Base pour l’imagerie mentale…

Indications :

  • Médecine comportementale (Régénération, tensions, douleurs…)
  • Gérer la concurrence de la vie courante
  • Stress post-traumatique (Frustration, colère, humiliation)

Techniques de « pleine conscience »

La techniques de « pleine conscience » (mindfulness) est définie par Gerda ALEXANDER comme un état de conscience qui résulte du fait de porter son attention, intentionnellement, au moment présent, sans juger, sur une satisfaction récente ou un instant très fort qui se déploie mentalement moment après moment…
Buts

  • Renforcer l’estime de soi…
  • Agir sur les émotions à long terme
  • Le renforcement de son implication dans le jeu (Gerda ALEXANDER)
  • Programmer sa disponibilité (Projection et programmation mentale)
    • « Je suis prêt à toute éventualité »
    • « Je reste stable, malgré les provocations »
    • « J’anticipe et je m’engage à fond »
    • « Je suis attentif au respect des consignes »
    • « Je n’ai aucune limite physique, ni mentale lors de la prochaine confrontation. »
  • Permet d’aborder la compétition de façon engagée !

La réussite de l’objectif à court terme

Le training autogène : (Johannes Heinrich Schultz)

  • Programmer, le soir pour le lendemain, un objectif de progression atteignable :
    • Objectif clairement défini (Visualisation, intentions et microsensations)
  • Programmer dès le matin, une dynamisation psychophysiologique.
    • Échauffement du corps et du mental…
  • Les routines toniques sont des « armes redoutables »
    …avant les entraînements !
  • Réveil musculaire, respirations toniques et engagement mental
    …avant les matchs !
  • Les routines toniques d’imagerie et de musique significatives,
    • d’abord collective si possible
    • puis individuelle quelques minutes avant le match

La réussite de l’objectif à court terme

  • Savoir dominer toutes les situations « dangereuses » pour soi comme pour l’équipe pendant un match : (signal ou déclic sensoriel)
  • Programmation de geste, d’image ou de bruit pour activer un principe « Pavlovien » de retour au calme par exemple.
  • Programmer des réflexes d’abnégation, de pugnacité ou de dépassement de soi lors d’un match.
  • Retrouver des souvenirs de FLOW ou d’état de grâce et se les approprier
  • Réflexes de référents professionnels ou affectifs…

Chaque sportif possède une capacité de concentration qui lui est propre.
Néanmoins, d’aborder son potentiel d’attention est intéressant pour l’aider à anticiper lors de la compétition, lors du match, à voir avant que la situation ne se réalise.
Elle peut se définir comme la quantité d’informations que l’athlète est capable de traiter à un moment donné dans une situation sportive donnée.
Cette capacité est limitée et elle est mise en évidence par une période réfractaire psychologique.

Les capacités cognitives, la gestion émotionnelle et l’estime de soi sont des atouts ou des limites à la prise d’information.

Au niveau du traitement cognitif de l’information, nous savons également qu’il y a des différences entre les sportifs débutants et les experts, mais aussi entre un « jeune » sportif de haut niveau et un sportif de haut niveau aguerri .

12-11-2011-wcwfa-4plus1-youth-soccer-14

Le nombre d’années et d’expériences est-il la seule solution pour atteindre l’expertise ? Il me semble qu’un travail approprié peut aider le sportif à atteindre ce niveau d’excellence.
Pour exemple le tableau ci-dessous :

Débutant Expert
  • L’information visuelle est ponctuelle.
  • Elle correspond à une collecte d’évènements
  • L’information visuelle est inter-évènementielle.
  • Elle met en relation différents évènements
Elle est surtout traitée en vision centrale Elle est surtout traitée en vision périphérique
La «lecture » des différents évènements est chronologique de leurs apparitions
  • La « lecture » est anticipée.
  • L’athlète dispose son regard à l’endroit précis où va apparaitre l’évènement.
Un nombre important d’évènements est analysé Seuls les évènements les plus pertinents sont analysés
Le temps total d’analyse est élevé Le temps total d’analyse est réduit
Le délai intervenant entre l’information et le déclenchement de la réponse est long La réponse est déclenchée pendant l’analyse de la situation: le délai est court
Crédits photos :1, 2, 3, 4